Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Queen Mary II : Le rêve des uns, le cauchemar des autres

Un mois après le dramatique accident qui avait vu le 15 novembre dernier une passerelle d’accès au Queen Mary 2 s’effondrer, entraînant dans la mort quinze personnes, et dans lequel les responsabilités d’Alstom-Chantiers de l’Atlantique sont manifestes, les images de ce paquebot ont envahi les écrans de télévision au cours du week-end. Et de nous montrer, et remontrer, le luxe de son immense hall d’accueil, de ses salons, de son théâtre, de ses restaurants, de son casino, de ses cinq piscines, de son centre de thalassothérapie.


Tout cela était censé faire rêver les foules. Et à défaut de rêver, il y avait effectivement de quoi rester songeur devant l’étalage de ce luxe et à l’énoncé de la somme que devront débourser ceux qui s’offriront une croisière sur ce bateau. Pour le voyage inaugural, ce sera 3100 euros par personne pour une cabine bas de gamme, 41200 euros par personne pour une suite de 209 mètres carrés (c’est-à-dire environ trois ans et demi de salaire d’un smicard)!

Journaux et chaînes télévisées avaient été beaucoup plus discrets en ce qui concerne les conditions de vie et de travail de ceux qui ont œuvré à la construction de ce paquebot de luxe, en particulier les salariés des entreprises sous-traitantes utilisées par Alstom-Chantiers de l’Atlantique pour son plan de «montage exotique» destiné à lui fournir de la main-d’œuvre à «faible coût», selon les expressions utilisées par les dirigeants d’Alstom eux-mêmes.

Les ouvriers roumains, polonais, français ou indiens employés par ces sous-traitants ont dû faire grève... pour simplement obtenir le versement de leur salaire. Bien sûr, juridiquement, Alstom n’était pas responsable. Mais les dirigeants d’Alstom savaient pertinemment ce qu’ils faisaient en traitant avec les margoulins qu’ils avaient chargés de leur procurer de la main-d’œuvre à bon marché.

Les médias ont été tout aussi discrets, lors de la livraison du Queen Mary 2, sur ce qu’allaient devenir tous ceux qui ont travaillé à la construction de ce paquebot. Car si celle-ci a été la source de profits considérables pour Alstom et ses actionnaires, la fin de ce chantier constitue à court ou moyen terme pour les travailleurs une menace de chômage. En l’espace de quatre mois, les effectifs employés aux Chantiers de l’Atlantique auront été réduits de moitié, passant de 12 000 avant l’été à 6 000 dans quelques semaines. Et la situation sera encore plus grave chez les sous-traitants de la région, où l’on s’attend, suivant le quotidien économique La Tribune «à des cascades de plans sociaux et de dépôts de bilan».

Mais c’est ainsi que fonctionne cette société, dans laquelle le luxe insolent dont jouit une petite minorité est le pendant de l’exploitation que subit la grande majorité, avec ce que cela signifie de bas salaires, de mauvaises conditions de travail, et de menace constante du chômage.

Ecrit par Lucanus, le Dimanche 4 Janvier 2004, 12:27 dans la rubrique "Actualité".

Commentaires :

ImpasseSud
04-01-04 à 20:42

Bel article qui redonne aux faits leur juste valeur.

 
Le degouté
12-02-04 à 21:36

Il n'y n'a que l'argent qui "compte" ici.Si tu as beaucoup d'aegent,tu as tout pour toi,si tu n'en as pas,c'est la pauvreté.On nous noie sous des photos ou images de luxe pour qu'on depense des sommes dementes auquel il a fallu travailler dure pendant des années tout ca pour naviquer sur l'ocean.Mais on ne pense aux pauvres qui ont le bateaux de leur propre mains.Si il n'y aurait pas de pauvres,il n'y aurait pas de riches et pourtant on les oublie.